Naintré
Fiche Pratique

Des solutions à portée de main

Fiche élaborée en partenariat avec l'Agence Qualité Construction

L’essentiel des risques provient d’un air de mauvaise qualité, d’une atmosphère trop humide, ou de polluants issus des parois, surfaces ou revêtements. Pour vous protéger, adoptez la bonne attitude : soyez curieux sur le fonctionnement de votre habitat, faites les bons choix à l’achat et adoptez quelques comportements préventifs. Découvrez étape par étape comment déceler les risques présents chez vous, et réduire leurs effets.

Contrôler l’humidité, la base d'un habitat sain

L’excès d’humidité nuit à la qualité de votre air intérieur, en favorisant la prolifération de moisissures, d’acariens et autres indésirables.

Pour limiter leur développement, il faut maintenir un taux d’humidité compris entre 40 et 60% et une température entre 18 et 22°C.

La température est à adapter pièce par pièce, en fonction de votre mode de vie. Retenez que l’idéal est de maintenir le logement à 19°C en moyenne.

L’humidité extérieure est un problème qui doit se traiter à la source :
En cas d’infiltrations ou de remontées capillaires dans les murs, la seule solution viable est d’améliorer l’étanchéité de votre maison. Faites appel à des professionnels, qui identifieront l’origine de cette humidité et pourront la traiter.

Pour évacuer l’humidité intérieure (douches et bains, lavage, séchage du linge, métabolisme humain), il faut aérer : l’idéal consiste à disposer d’une Ventilation Mécanique Contrôlée.

Vidéos : Pourquoi faut-il ventiler son logement?

Acheter en connaissance de cause

Mieux connaître les matériaux et les produits

La mauvaise qualité de votre air intérieur est souvent provoquée par les émanations issues des matériaux de construction, d’isolation, de finition ou de décoration.

Tous ces éléments qui vous entourent génèrent des composés organiques volatils (COV), des polluants qui se dispersent dans l’air et affectent votre santé.

Des progrès permettent aujourd’hui de connaître et limiter ces risques, notamment la mise en place de l’étiquette "Émissions dans l’air intérieur" :

  • Cette inscription vous signale de façon simple et lisible, le niveau d’émission en composés organiques volatils.
  • Ce niveau d’émission est indiqué selon une échelle allant de A+ (émissions très faibles) à C (émissions fortes).

Le réflexe étiquette

Avant d’acheter, penchez-vous sur les étiquettes : elles vous donnent des indications utiles telles que les symboles de danger, signalant les matières nocives, irritantes, inflammables, toxiques, etc.

Achetez de préférence des produits portant un écolabel public* : Écolabel européen, Écolabel Nordique, Ange Bleu. Ils signalent des produits limitant leurs impacts sur l’environnement.

Garder l’œil sur les systèmes de chauffage

Le choix d’appareils fiables et performants

Privilégiez le choix d’appareils fiables et performants, les appareils de chauffage au bois individuels labellisés « Flamme Verte », qui intègrent des exigences de qualité de combustion et d’émissions de particules. Recherchez les plus performants, ceux obtenant 7 étoiles sur l’étiquette « Flamme Verte ».

Ne brûlez jamais de bois de récupération, souvent traité ou peint, ou de bois humide : préservez votre habitat avec un combustible de bonne qualité.

Parmi les solutions fiables, vous pouvez opter pour du bois-bûches sec et de qualité, signalé par exemple par la marque « NF bois de chauffage » ou « France Bois Bûche », ou des granulés de bois labellisés « Din plus » ou « EN plus ».

Attention aux appareils de chauffage mobiles d’appoint à gaz ou à pétrole :
Ne les utilisez jamais de façon continue, car ils produisent du monoxyde de carbone et d’autres polluants (particules imbrûlée, etc.). Le danger est accru s’ils sont mal entretenus, ou s’ils fonctionnent dans une atmosphère confinée, appauvrie en oxygène.

Réglages et entretien

Prolonger la vie de vos appareils (chauffage, production d’eau chaude, ventilation, rafraîchissement), mieux en profiter et limiter les rejets de polluants dans votre intérieur : tout cela est lié à l’ENTRETIEN, essentiel pour un intérieur plus sain.

Veillez également au ramonage des conduits de fumée, obligatoire au moins 1 fois par an. Enfin, faites nettoyer régulièrement les bouches et les gaines des systèmes de ventilation.

Des pollutions inattendues

Attention

Le mélange de produits (de bricolage, d’entretien, etc.) peut provoquer des émanations dangereuses et polluer l’air de votre maison. Réagissez :

Privilégiez l’achat de produits d’entretien de la maison plus écologiques

Choisir des liquides vaisselle, des nettoyants multi usages, des nettoyants pour les vitres dotés du logo de l’Écolabel Européen, vous permet de limiter la pollution de l’air chez vous.

Evitez l’usage de désinfectants

Beaucoup de ménages utilisent de l’eau de javel, car la croyance selon laquelle l’habitat devrait être débarrassé de tout microbe est très répandue. Or, dans les foyers qui ont recours à l’eau de javel, les enfants ont plus de risques de développer des infections respiratoires. Préservez votre santé et votre environnement en préférant des alternatives naturelles.

Attention aux produits odorants ou parfumés

On les retrouve souvent en sprays, leur forme la plus toxique : peinture, produits ménagers, colles, parfums d’ambiance, désodorisants, produits à base d’huiles essentielles, etc. Ils dégagent tous des Composés Organiques Volatils, ou COV, qui sont parfois toxiques, agressifs ou irritants. Méfiez-vous de "l’odeur de propre" ou "de neuf" !
Dans tous les cas, après avoir utilisé ces produits, pensez à bien aérer.

Les plantes dépolluantes : mythe ou réalité ?

Aujourd’hui, on entend souvent parler d’épuration, notamment avec les plantes dépolluantes : peut-on les utiliser pour épurer l’air intérieur et améliorer sa qualité ? Un sujet qui fait l’objet de nombreuses communications vers les particuliers.

Cet engouement n’est pourtant pas justifié, l’efficacité des plantes pour dépolluer l’air au sein d’un logement n’étant pas prouvée à l’heure actuelle.

La présence de certains végétaux pourrait diminuer la concentration en COV (composés organiques volatils), mais les rendements sont très faibles : avec un nombre de plantes réaliste dans une pièce, l’épuration de l’air est ainsi quasi nulle.

Les outils pour prendre les bonnes décisions

rénovation énergétique

Simuler vos travaux

Votre maison aujourd'hui et celle de demain : découvrez vos travaux, leurs coûts, vos économies.

Accéder à l'outil
prime énergie

Demander votre prime de SOREGIES à la rénovation

Découvrez les primes proposées par SOREGIES pour vos projets de rénovation, partout en France.

Accéder aux primes
aides de l'etat

Simuler l'ensemble de vos aides à la rénovation

Détectez, en quelques clics, l’ensemble des aides existantes (accompagnement, conseil, prêt...).

Accéder au simulateur

Pour en savoir plus

Les fiches techniques

Un air sain chez soi

Guide pratique

télécharger la fiche

La condensation dans les logements

Ce qu'il faut savoir

télécharger la fiche

La qualité de l'air et le chauffage au bois

Guide pratique

télécharger la fiche